Le congrès 2005 à GENÈVE

1er Congrès des Aphasiques Francophones  GENÈVE

Les aphasiques français, 200 représentants de tous les groupes régionaux, ont participé avec joie au Premier Congrès Francophone des Aphasiques organisé à Genève par les Aphasiques Suisses du 02 juin au 05 juin 2005.

 

Programme du congrès :

Accueil chaleureux des participants à l’hôtel « Chavannes de Bogis »

Vendredi 03 juin : conférences et débats animés par le Dr ANNONI, neurologue à l’Hôpital Cantonal Universitaire de Genève ; le Professeur CLARKE, neurologue au Centre Hospitalier Universitaire Vaudois ; M. DEGIOVANI, orthophoniste à Toulon ;  M. GUINAND, Directeur de la Fondation Suisse pour les Téléthèses ;

 

Visite guidée de la vieille ville de Genève et des institutions internationales, suivie d’une réception officielle par le maire de la ville au Palais Eynard.

 

Samedi 04 juin : assemblée générale de la FNAF animée par le Dr. JOURNET, Président de la FNAF ou visite de la ville de Nyon.

 

Croisière privée sur le Lac Léman, visite de la rade, promenade libre dans Genève.

Dîner de gala.

 

Participer à un congrès offre aux participants la possibilité d’être acteurs pendant les conférences et débats :

Entendre parler de l’Aphasie d’une manière positive et respectueuse.

Prendre connaissance de nouvelles techniques.

Comprendre les changements physiques et psychiques des aphasiques.

Parler des acquits de la rééducation toujours très importante au fil des ans.

Poser des questions et obtenir des réponses franches.

Participer à un congrès permet à tous les participants, aphasiques et accompagnants, de partager des réactions, des sentiments :

Se comprendre par quelques mots ou par le regard.

S’aider à communiquer par tous les moyens trouvés par chacun.

S’aider à marcher, à danser.

Partager la vie.

 L’Aphasie est un handicap méconnu du public. Les aphasiques ont tous les moyens de communication altérés, à différents degrés, mais les conséquences rendent la vie de l’aphasique très difficile en famille et surtout dans la société. Certains vivent très mal ce handicap ; d’autres vivent « avec » et surmontent les obstacles, beaucoup grâce aux associations d’aphasiques. Ils réapprennent à vivre.

Le but des associations est bien sur d’aider les aphasiques et les familles mais aussi de faire connaître ce handicap et de changer le regard de la société.

 

Merci aux aphasiques suisses d’avoir organisé ce congrès :

Merci pour le travail accompli.

Merci pour votre gentillesse et dévouement.

Merci au personnel de l’hôtel : tout était fait pour faciliter la vie à tous.

 

Merci à tous les participants, le congrès suisse, dans un décor magnifique, a redonné du tonus et de la motivation pour continuer notre travail. Les yeux brillant de bonheur, les sourires font de chaque congrès des souvenirs inoubliables.

Leave a Comment

START TYPING AND PRESS ENTER TO SEARCH